You are currently viewing Quels travaux dans les forêts du massif de Belledonne ?

Quels travaux dans les forêts du massif de Belledonne ?

  • Post category:Actualités
Travaux sylvicoles en futaie irrégulière sur la commune de Laval-en-Belledonne - photos : Quentin Ligneau Espace Belledonne

De quelle manière une intervention sylvicole entre-t-elle dans le cadre de Sylv’ACCTES ? Comment se saisir concrètement des objectifs pour les traduire en action technique ? L’exemple des travaux réalisés dans les forêts du massif de Belledonne.

Un travail collaboratif entre les différents acteurs du territoire

Voici le panorama des échanges ayant eu lieu sur le terrain entre les acteurs du projet (ONF, Sylv’ACCTES, Espace Belledonne) vendredi 23 septembre. Sylv’ACCTES accompagne cette année un bouquet de travaux sylvicoles en futaie irrégulière sur 9 ha de forêt communale de Laval-en-Belledonne.

Cette opération est témoin d’un travail commun entre le gestionnaire et l’équipe d’ouvriers sylvicoles ONF. Ces derniers parcourent l’ensemble de la surface et interviennent sur différents perchis de régénération naturelle en phase de qualification. Ils suivent les consignes de David, technicien forestier de ce triage :

« Les équipes avaient comme objectif principal de favoriser une diversité d’essences et un mélange équilibré entre essences résineuses et feuillues. Les érables, et notamment l’érable sycomore, ont été identifiés par le gestionnaire comme essence objectif sur la parcelle au même titre que l’épicéa. Les essences d’accompagnement comme le sorbier des oiseleurs et les saules seront également mis en valeur localement. »

Des actions techniques favorisant la diversité et qualité des tiges

La nature des actions techniques était au centre des échanges. Les ouvriers sylvicoles apprennent progressivement à travailler au profit de la qualité des plus jolies tiges feuillues. Les tiges identifiées comme options par les opérateurs étaient à différents stades de la phase de compression/qualification [1], voire en début de phase d’expansion. En fonction du stade biologique de la tige choisie, des actions localisées de cassage [2], d’annélation [3], de dépressage ciblé [4] et de taille de formation ont été discutées. Ces actions permettront successivement de maintenir le gainage, de stimuler la croissance en hauteur, de favoriser un développement équilibré des houppiers en utilisant l’action positive des brins côtoyant les tiges de qualité.

Cette intervention, avoisinant les 1200 €/ha, permet donc de favoriser de manière préventive la diversité et la qualité des tiges d’avenir de ce peuplement. Elle assure ainsi son renouvellement, sa valeur économique, et sa capacité de résilience face aux aléas abiotiques et biotiques à venir.

Consultez le PST du massif de Belledonne.


[1] phase de croissance juvénile, phase de croissance maximale en hauteur

[2] casser manuellement les jeunes arbres en concurrence avec les arbres à préserver

[3] retirer l’écorce d’un arbre sur toute sa circonférence pour stopper la sève élaborée

[4] coupe ciblée pour dessérer les arbres et faciliter leur croissance