Massif des Pyrénées Ariégeoises

PST Pyrénées Ariégeoises

Objectif forestier
(sur 1 an)
30 à 50 ha

Travaux forestiers
réalisés
0 ha

Montant d'aide
Sylv'ACCTES visée
(sur 1 an)
24 000€

Montant d'aide
Sylv'ACCTES accordée
0€

Nos actions sur le massif

Amélioration et irrégularisation des peuplements feuillus mélangés

Ces peuplements feuillus, qui couvrent plus de 60000 ha, sont majoritaires sur le massif des Pyrénées Ariégeoises. Ces forêts de piémont, souvent diversifiées mais peu matures, n’ont pas été valorisées jusqu’ici pour le bois d’œuvre. La culture locale tend en effet plutôt à la production de bois bûche, de piquets et de bois de trituration. Le coût des premiers travaux d’amélioration nécessaires à l’atteinte d’une sylviculture irrégulière était jusqu’ici trop élevé pour les propriétaires.

A travers cet itinéraire, Sylv’ACCTES souhaite accompagner l’amélioration de ces peuplements de feuillus en visant, à terme, une diversité de structure et d’essences. Une gestion à couvert continu, s’appuyant sur la dynamique de régénération naturelle, sera ainsi privilégiée. Le mélange d’essences autochtones et la diversité d’âges apportera progressivement plus de résilience à ces forêts face au changement climatique. La protection des sols, de la ressource en eau et la capacité d’accueil de la biodiversité seront ainsi préservées sur le long terme. Enfin, cette trajectoire de gestion devrait favoriser la production de bois d’œuvre feuillu pour le territoire.

Amorcer le renouvellement et la diversification des enrésinements artificiels

Ces forêts artificialisées et souvent monospécifiques souffrent souvent d’un manque de gestion dans le jeune âge et sont par nature particulièrement vulnérables aux aléas. Dans le contexte actuel d’évolution climatique, l’essence dominante peut rapidement se retrouver en limite stationnelle et être fragilisée face aux ravageurs et pathogènes dont l’aire de répartition évolue rapidement. Bien que minoritaires au sein de ce territoire dominé par les feuillus, ces peuplements concentrent une bonne partie de l’exploitation forestière du massif et représentent donc un réservoir de produits résineux pour le territoire.

L’action de Sylv’ACCTES vise donc à améliorer la résilience de ces peuplements en encourageant leur diversification. Un objectif de 30% d’essences feuillues a été fixé par les gestionnaires du territoire. En cas notamment de signes importants de dépérissement ou d’alertes sanitaires, le renouvellement de ces peuplements pourra être anticipé via la création de trouées, limitées en surface, afin d’accélérer l’émergence d’une régénération naturelle diversifiée qui sera accompagnée par le gestionnaire. Cet itinéraire offre donc une alternative aux pratiques actuelles et vise à pérenniser la production de bois d’œuvre résineux dans le contexte de changement climatique. Ce mode de gestion aura à terme des retombées positives en termes d’accueil de biodiversité, de protection des milieux et d’accueil du public.

Favoriser le mélange et l’acquisition d'une structure irrégulière dans les hêtraies ou les sapinières quasi pures

Le passé industriel a fortement marqué la physionomie actuelle des forêts des Pyrénées Ariégeoises. En montagne, les hêtraies-sapinières ont été exploitées de façon intensive pour la production de charbon de bois à l’époque des forges à la catalane. Elles se présentent majoritairement aujourd’hui comme des peuplements purs de hêtre, souvent sous la forme de futaies régulières sur souches. Parallèlement, des sapinières pures sont présentes sur le territoire (sapinières de montagne régularisées dans les gros bois ou sapinières de basse altitude dans le Volvestre), dans lesquelles la gestion passée a pu faire disparaître le mélange d’essences. Ces forêts présentent souvent un intérêt écologique fort (gros bois, présence du Grand Tétras, chouette de Tengmalm) mais sont fréquemment marquées par des dépérissements, particulièrement dans le piémont.

Cet itinéraire vise donc à favoriser la résilience de ces peuplements en restaurant le mélange d’essences et en particulier la complémentarité entre le hêtre et le sapin, tout en favorisant les autres essences qui s’installeraient spontanément. Une sylviculture à couvert continu visant à établir une structure irrégulière sera privilégiée. Si la fonctionnalité de l’écosystème devrait de fait être améliorée, une attention particulière sera apportée aux habitats naturels présents et donc à la préservation des gros bois morts et existant. Cette pratique de gestion aura également pour effets de diversifier les produits bois et d’améliorer la valorisation des deux essences (notamment la qualité technologique du hêtre).

Le territoire partenaire